07 84 79 88 65 - 1298 rue de la Fontaine 45160 Olivet

Depuis janvier 2010 mon principal véhicule urbain est un vélo. Longtemps classique (on dit aujourd’hui musculaire) je l’ai électrifié avec plaisir il y a 18 mois maintenant.

Bien sûr et malheureusement ‘comme tout le monde’ je me le suis fait voler, à deux reprises. Une fois devant la salle de la Cigogne lors d’une réunion d’information de la mairie – le maire était là, les forces de police étaient là … mais plus mon vélo – et une autre fois lors d’une séance cinéma place de Loire. Quelle aubaine pour les marchands de vélos !

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Il y a quelques temps, vous le savez peut-être, j’étais inscris sur une liste aux municipales d’Orléans, j’y étais avec d’autres le Monsieur vélo puisque grand utilisateur des voies de la commune et plus largement de la métropole. Nous avions alors proposé plusieurs grandes évolutions urbaines afin que le vélo soit enfin et tout simplement utilisable sans risque en ville. Certaines ont même été retenues et appliquées entre les 2 tours ! Mais surtout ce que je retiens de cette expérience c’est ce slogan « l’ennemi du cycliste ce n’est pas l’automobiliste, c’est le voleur » qui m’était venu lors d’un échange avec notre tête de liste !

Aujourd’hui, je l’avoue, je suis las. Las des absurdités de la voirie. Las du comportement des automobilistes. Las du comportement des piétons. Las du comportement des cyclistes !

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Absurdités de la voirie

En premier lieu l’état des chaussées … c’est à se demander si un élu municipal, départemental, régional, ou personnel responsable prend parfois un vélo pour rouler en ville ou métropole, à mon avis non. Car sinon j’imagine que des travaux seraient entrepris pour rénover aujourd’hui toutes les voies de circulation. J’éviterai le sujet du tramway qui reste et restera un vrai danger pour quiconque veut rouler sur 2 roues. Combien de chutes, souvent douloureuses, liées aux rails ? En revanche je me dois de crier ma colère quand je vois ce que l’on ose appeler les pistes cyclables ! J’ai de nombreux exemples récents en tête. Le premier car proche de moi, rue de la cigogne partie ouest de la RD2020, petite rue en sens unique qui sillonne le long d’un des derniers poumons verts de la ville (qui devrait d’ailleurs disparaître au profit d’une zone commerciale dont chacun sait se passer aujourd’hui) avec des trottoirs très haut, bien anguleux donc dangereux (pas seulement pour les pneus des voiture… surtout pour nous cyclistes !) ou une piste cyclable à contre sens a été dessinée environ 6 mois après son ouverture pour matérialiser la possibilité de remonter cette rue en sens inverse alors que les voitures ont déjà du mal à passer … imaginez lorsque la rencontre se produit : vélo … saute sur le trottoir si tu peux ! Une petite rue avec 2 trottoirs.

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Question au génie civil : vous pensez vraiment cette réalisation ingénieuse ? Ne pouvait-on créer une piste cyclable digne de ce nom ? Qui plus est en l’empruntant dans le ‘bon sens’ les vélos ne freineraient plus les voitures qui ne peuvent absolument pas les doubler … Un deuxième exemple : la rue Demay refaite et complètement absurde. Même remarque sur les angles de trottoirs, le même concepteur sans doute, mais là on frise le ridicule. Un trottoir d’une largeure de 2m au moins avec une bande cyclable dessinée dessus alors que les entrées de propriétés forment des vagues continues, si je voulais en rire je dirais ‘mal de mer garanti’ mais ici rien n’est risible. Encore une fois et combien de fois faudra-t-il le répéter : une piste cyclable ce n’est pas sur un trottoir, c’est un espace contigu à la chaussée et séparé physiquement d’elle comme du trottoir réservé aux piétons ! Il y a très largement l’espace pour tout cela rue Demay ! Mais bon sang, qui dessine ces plans et qui vient réceptionner les travaux ? Des rues toutes neuves encore plus dangereuses qu’avant ? J’imagine les habitants voulant sortir de chez eux, quelle sécurité ont-ils ? Et qu’on ne me réponde pas qu’une bande de peinture matérialise les espaces ! Et enfin d’un point de vue plus large, qui réceptionne les travaux de manière générale ? Qui se soucie de l’argent dépensé ? Qui prend un vélo et roule sur le partie nouvellement créée ou rénovée … le long de la RD2020 (c’est un vrai rodéo et la piste n’aboutit sur rien) … le long de la rue de la reine blanche (constellée de bosses et qui se détériore après moins d’une année d’existence) … OUI c’est ma colère que je crie ici, mon indignation et ma demande que soit revu de fond en comble l’état des voies et pistes cyclables de la métropole (à minima).

Le comportement des automobilistes

Je le suis moi-même bien entendu mais franchement … un peu d’attention, un peu plus d’attention serait opportun ne croyez-vous pas ? Je suis aussi motard et je suis toujours en alerte lorsque je suis en présence d’un autre véhicule. Et la plupart du temps en observant les écarts et incongruités de conduite je vois le conducteur occupé avec son téléphone !

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Il m’arrive parfois d’interpeller la personne à un arrêt en lui posant cette simple question « avez-vous des enfants ? » ce qui sous-entend que cette conduite irresponsable n’est pas seulement la sienne mais de multiples conducteurs qui un jour ou l’autre croiseront la route de ses enfants. Qui sait ce qui se produira alors ? Comment vivra-t-elle la nouvelle que son gamin a été emporté par un véhicule sur 10 ou 20m ? Alors arrêtons-nous, car je sais l’avoir fait moi-même, laissons cet engin dans une poche et s’il sonne alors prenons le temps de nous arrêter, je le crois fermement, c’est le temps de la vie.

Le comportement des piétons

Il existe depuis quelques temps un nouveau sport urbain. Un sport de réflexes et de réactions. De tensions aussi malheureusement. Prêt à devenir par moments un sport de combat. Je parle de la cohabitation vélos/piétons ou l’inverse si vous préférez. Ici comme dans le cas précédent je suis moi-même piéton de temps en temps. Mais c’est un simple constat que je fais : si comme dans la plupart des cas la piste cyclable se résume à une bande de peinture sur un trottoir (qui plus est non réaménagé) il ne peut pas y avoir de cohabitation simple et bienveillante. Oui les vélos sont venus sur le territoire des piétons. Non ce n’est pas supportable.

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Et donc on observe des piétons qui ‘ne bougent’ pas alors qu’un simple pas de côté aurait été salvateur. On observe des cyclistes inconscients qui sont à des allures disproportionnées à la situation. Des piétons qui coupent la route, le téléphone à l’oreille (!). Et surtout des actes volontaires parce que, évidemment, ces fichus vélos sont une gène permanente pour les piétons. Encore une fois, une piste cyclable ce n’est jamais sur un trottoir. Un trottoir c’est fait pour les piétons.

Le comportement des cyclistes

Le pompon ! Il y a une dizaine d’années nous étions quelques-uns à rouler à vélo, en ville. Nous nous reconnaissions presque. Depuis, et j’en suis le premier satisfait, le vélo a pris son envol et un grand nombre de 2 roues circulent maintenant. Parfait. Sauf que. Sauf que rouler à vélo ne donne pas tous les droits et surtout pas celui de ne pas respecter le code de la route. Nous sommes usagers de la voie publique sur laquelle des règles nécessaires s’imposent : vitesse adaptée, rouler à droite, s’arrêter aux feux (je sais c’est très pénible rue Royale par exemple), marquer les stop … j’en passe.

Hervé Robbes Hypnothérapeute Hypnotiseur Hypnopraticien

Ici aussi il faut faire quelque chose pour que ces incivilités permanentes cessent au plus vite. Sans quoi j’en ai peur, de nouvelles obligations et contraintes vont voir le jour, rendant l’utilisation du vélo aussi difficile que possible : port du casque, lumières fixes, avertisseur sonore, gants et je ne sais quoi encore. Alors ici je lance un appel à tous les habitués du vélo et respectueux de la route : comment pouvons-nous influer ensemble pour que cette nouvelle population, encore une fois bienvenue, adopte un comportement citoyen ?